Date: 23 Février 2018
Publié Par: Marc-André Gagnon

Aux yeux du premier ministre Philippe Couillard, la «situation d’injustice» à l’égard du chantier Davie demeure inchangée malgré le contrat de 4,4 millions $ octroyé jeudi par le gouvernement fédéral.

À l’instar du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, M. Couillard considère que le contrat de rénovation du brise-glace NGCC Des Groseillers est loin de répondre aux attentes, alors que plusieurs centaines de travailleurs ne demandent qu’à rentrer au chantier.

«Non, je ne suis pas satisfait», a déploré le premier ministre du Québec, en marge de la rencontre hivernale de la National Governors Association (NGA), à Washington.

Bien qu’il comprenne que le chantier maritime lévisien ait été écarté par le gouvernement fédéral en raison de sa situation financière précaire, en 2011, les choses ont depuis beaucoup changé.

«Il n’y aucune raison de ne pas réintégrer le plus ancien chantier naval canadien, et le plus important au Québec, dans la stratégie navale canadienne, a signalé M. Couillard. […] Ma demande formelle, ça va bien au-dessus d’un contrat ou deux pour des bateaux: je veux que Davie […] (soit à nouveau éligible pour) tous les contrats futurs du gouvernement canadien.»