L’âge moyen des brise-glaces de la GCC se situe autour de 38 ans quand la durée de vie utile moyenne d’un navire est d’environ 40 ans. Du fait de l’âge avancé et de l’état de la flotte plusieurs de ces brise-glaces nécessitent des réparations diverses et parfois le changement de leur système de propulsion. Des travaux pendant lesquels les navires ne sont pas disponibles pour le service.

Les travaux d’entretien et de prolongement de vie des navires prévus jusqu’en 2021-2022, soustrairont, chaque année, 1 ou 2 navires de la flotte pour des périodes prolongées.

Et, à ces travaux de maintenance planifiés s’ajoutent des bris imprévus qui, à leur tour, rendent les navires non opérationnels. De plus, l’âge avancé des navires fait en sorte que ces bris imprévus ont tendance à être de plus en plus fréquents.

Sur la période 2011-2016, le niveau de service dispensé, pendant la saison hivernale dans le Sud du Canada, était 21,4% en-deçà du niveau de service nécessaire au bon fonctionnement du trafic maritime. Si l’on segmente cette statistique par région géographique, on obtient un écart de l’ordre de 30 % pour la région des Grands Lacs, de 12 % pour la région de la Voie maritime au golfe et de 31% pour la région Baie-des-chaleurs/Détroit de Northumberland/Terre-Neuve-Labrador.

Pour la période 2017-2022, l’écart appréhendé entre les besoins et le niveau de service anticipé se situe autour de 18,5% pour l’ensemble des secteurs géographiques du sud du Canada pendant la saison hivernale. Cette prévision, ne tient pas compte de bris qui pourraient survenir de façon imprévue ou encore de conditions météorologiques particulières comme ce fut le cas pendant l’été 2017 où la mission de recherche d’Amundsen Science a dû être annulée afin de porter secours à Terre-Neuve où les conditions de glace étaient très importantes alors que tous les brise-glaces étaient en maintenance.

Tiré d’une importante communication du Bureau d’information Maritime de la SODES 

Lien vers l’article complet.