Le député du Bloc Québécois de Terrebonne, Michel Boudrias, a tenu à dénoncer, le 24 août, l’intention d’appel d’offres international, par le gouvernement du Québec, pour la construction du CTMA Vacancier qui demande un minimum de 30 % de contenu québécois.

La mouture actuelle de l’appel d’offres international pourrait priver l’industrie maritime québécoise de plus de 600 emplois directs et de plus de 1000 emplois indirects au sein de la chaîne d’approvisionnement sur une période de trois ans.

«Alors que tout le Québec dénonce l’injustice de la politique d’attribution de contrats navals du gouvernement fédéral, voilà que Philippe Couillard plante lui aussi un couteau dans le dos au Chantier Davie. Ce type de décision politique appauvrit le Québec et prive notre État de retombées économiques de plus d’un demi-milliard de dollars. Je me sens trahi. Nous travaillons fort à porter les consensus de l’Assemblée nationale à Ottawa et je me bats depuis des années pour rapatrier des contrats et des emplois au Québec. La position du gouvernement Couillard vient anéantir les efforts que nous avons faits en ce sens», a déclaré le député Michel Boudrias dans un communiqué.

Le député Boudrias a tenu à rappeler que le Chantier Davie représente à lui seul 50 % de la capacité de production navale au Canada. Faute de contrats fédéraux, Davie a dû procéder à la mise à pied de plus de 1100 employés depuis octobre dernier. Le contrat pour le CTMA Vacancier s’avèrerait une solution incontournable pour le chantier maritime de Lévis.

«C’est une trahison! Le fleuron de l’industrie navale québécoise est asphyxié. Des centaines d’emplois spécialisés sont perdus en raison de la baisse du carnet de commandes. Le gouvernement Trudeau travaille à détruire la capacité de production navale québécoise. Que fait le gouvernement de Philippe Couillard? Il dépense l’argent des contribuables québécois pour créer des emplois de qualité en Europe. Chantier Davie dispose de toute la compétence nécessaire à la construction de ce nouveau navire et l’industrie québécoise a désespérément besoin de ces centaines d’emplois. Le gouvernement Couillard doit rectifier le tir immédiatement», a conclu le député Michel Boudrias.

Article original : Érick Deschenes, Journal de Lévis