Chantier Davie et l’Association des fournisseurs du chantier du même nom ont reçu, ce matin [11-06-2018 NDLR], l’appui de la mairesse de Saguenay, Josée Néron, afin que l’entreprise poursuive ses pressions pour l’obtention des contrats de construction de brise-glaces de la Garde côtière canadienne. Le v.-p. affaires publiques de Davie, Fédérik Boisvert s’est dit très heureux de l’appui de l’élue et a profité pour rappeler la performance de son organisation. « Nous avons livré l’Astérix en 24 mois et nous sommes prêts à recevoir d’autres contrats fédéraux pour préserver les emplois », a-t-il fait savoir.

Réunies lors d’un déjeuner d’affaires organisé par l’Association des fournisseurs, les entreprises régionales impliquées avec le constructeur lévisien ont eu le support de la première magistrate de Saguenay. « Je joins ma voix à celle des maires de Québec, Lévis, Rivière-du-Loup, Shawinigan, Laval et St-Augustin pour appuyer le nouveau Chantier Davie. Je demande au gouvernement Trudeau et aux députés fédéraux de notre région d’exercer leur leadership politique dans ce dossier névralgique pour l’industrie maritime québécoise par une répartition plus équitable des milliards de dollars de contrats fédéraux afin que les fournisseurs de notre ville puissent récolter leur juste part », a-t-elle mentionné en point de presse, qui avait lieu en marge de la rencontre. Mme Néron a aussi profité de l’occasion pour proposer une visite industrielle de la Davie en concertation avec Promotion Saguenay.

L’urgence d’agir

Les représentants de Chantier Davie martèlent l’importance de recevoir un tel contrat. « Nous sommes sur le point de livrer les traversiers commandés par la Société des traversiers et les 700 emplois reliés à cette commande doivent être préservés. Si nous n’avons aucun signal de la part du fédéral, il y aura une autre saignée et nous risquons de perdre de la main-d’œuvre hautement spécialisée et bien rémunérée dans la province. Ils pourraient se rendre vers Seaspan ou ailleurs », rappelle le v.-p. affaires publiques de Davie.

« Nous sommes à nouveau dans la région aujourd’hui pour rappeler l’important apport de nos fournisseurs du Saguenay–Lac-Saint-Jean et leur dire qu’ils seront impliqués dans nos prochains contrats. D’ailleurs, nous pourrions devenir les fabricants de frégates pour le Pérou, ce qui représenterait des retombées très importantes. Juste en matière de PIB, une étude économique estime qu’il y aurait un impact de 13 G$ pour le Canada. Il ne manque que l’attribution des contrats pour les brise-glaces, qui rappelons-le, est important pour la pérennité des liens maritimes en période hivernale, sans oublier le fait que la flotte est vieillissante », ajoute M. Boisvert.

Expertise à considérer

L’organisation ne comprend pas qu’elle n’ait bénéficié que de 1 % des investissements de la Stratégie nationale de construction navale, alors qu’elle a une bonne réputation en matière de livraison. « Nous avons reçu très peu de contrats fédéraux depuis la mise sur pied de la Stratégie, alors que nous avons livré l’Astérix en 24 mois. […] La clé des villes et régions, on ne se le dira jamais assez : l’intégration au sein des réseaux d’approvisionnement pancanadiens est importante. Et Chantier Davie est un mastodonte qui produit beaucoup d’emplois, qui crée beaucoup de richesses […] pour le développement économique du Saguenay. Sans oublier que les navires en attente de construction seraient utiles pour éviter des problématiques pour les industries régionales, comme Rio Tinto », conclut M. Boisvert. Mentionnons également qu’au cours des dernières minutes, le candidat conservateur à l’élection partielle, Richard Martel, a apporté son soutien aux fournisseurs régionaux.

 

Photo : Le v.-p. affaires publiques de Davie, Fédérik Boisvert et la mairesse de Saguenay, Josée Néron (Photo: Jonathan Thibeault)